Dans la vraie vie, Petit Zazou s'appelait Yann. C'était mon poussin, le Kikouyou de son papa, le petit Chichu de sa grande soeur, le Mowgli de sa tatie.

Aujourd'hui, il aurait tout juste 14 ans et demi. Il s'apprêterait à passer le brevet. Mais le destin en a décidé autrement. Il nous a quittés le 16 avril, après plus de 2 ans de lutte contre une tumeur au cerveau.

Yann

Nous n'avons rien pu faire contre cet ennemi redoutable mais, ces derniers mois, j'ai beaucoup appris sur différentes armes qu'on peut utiliser dans ce combat. Alors ce blog va changer d'orientation : je vais essayer de partager ce que j'ai appris dans les prochains articles.

Pourquoi m'accorder du crédit alors que je n'ai pas réussi à sauver mon fils ?

La forme de cancer dont il souffrait était l'une des plus redoutables : le glioblastome. En réchapper est exceptionnel. Le temps de survie moyen est de 18 mois et Yann est resté parmi nous 27 mois après la découverte de sa tumeur. Il était en pleine forme bien que fatigué jusqu'à 3 semaines avant la fin.

Mais Yann était un ado, réfractaire à toutes les solutions que je lui proposais. Ce n'était plus un enfant pour m'obéir aveuglément, pas encore un adulte pour prendre sa vie en main.

Alors, même si je n'ai pas réussi à sauver mon fils, peut-être mes informations aideront-elles à en sauver d'autres.